La mise en place d’une stratégie d’eLearning nécessite un ensemble élargi de compétences et de dispositions de la part des enseignants, qui les oblige encore plus à répondre aux intérêts et aux besoins en évolution de leurs apprenants. Par exemple, pour aider les élèves à atteindre leurs objectifs d’apprentissage, ils doivent explorer un large éventail de ressources et les faire correspondre au niveau de compétence de chaque élève.

Bien que difficile, comprendre ainsi les besoins et les intérêts de chaque élève peut aider à renforcer les relations. En fait, une mise en œuvre réfléchie simplifiera le quotidien des équipes techniques et numériques.

Aussi, celle-ci renforcera les relations des élèves avec les enseignants, ainsi que leurs pairs, leurs familles et leurs communautés, en invitant les apprenants à partager leurs identités, leurs curiosités et leurs questions avec d’autres. Alors que les enseignants des milieux traditionnels peuvent choisir d’inviter un partage similaire, la compréhension des élèves à un niveau personnel est un élément essentiel de l’environnement de l’éducation supérieure. Rendre l’apprentissage digital peut paraître compliquer mais tout dépend des outils et solutions que vous mettez en place afin qu’elle vous accompagne vers le futur.

Revoyons ensemble 3 points-clés à garder en tête lors de la mise en place ou le renouvellement de votre solution d’eLearning.

Anticiper l’avènement du personnalized learning.

La personnalisation axée sur le rythme permet à l’apprenant de parcourir le support éducatif à sa propre cadence, généralement via un programme en ligne qui s’adapte aux besoins et aux compétences de celui-ci. Cela répond au problème selon lequel les êtres humains n’apprennent pas au même rythme. La stratégie mise en place par l’université de Rouen grâce à un ensemble complet de vidéos, d’outils et d’exercices pédagogiques en ligne, est un exemple bien connu de cette approche.

Ce service permet aux étudiants de ralentir ou d’accélérer en fonction de leur niveau et de leur taux de maîtrise. Bien que les élèves aient un meilleur contrôle sur le rythme de leurs apprentissages, le programme d’études est quasiment déjà établi. Dans la personnalisation pilotée par les étudiants, ils jouent un rôle plus important dans ce qu’ils veulent apprendre en fonction de leurs objectifs et de leurs intérêts. Autrement dit, le programme lui-même, et pas seulement le rythme auquel l’élève le traverse sont personnalisé.

Les étudiants travaillent à la fois individuellement et en collaboration, souvent sur des projets qui correspondent aux questions et problèmes qu’ils souhaitent explorer. Autant dire que le Personnalized Learning devient un levier fort d’attraction d’élèves et les établissements avec des systèmes anciens ou inexistants auront de plus en plus de mal pour générer de nouvelles inscriptions.

Ne pas adresser la population handicapée et favoriser l’accessibilité.

L’accessibilité concerne tous les services offerts par l’établissement, les locaux ainsi que les modalités numériques d’information et de formation. L’accessibilité des locaux universitaires de construction récente est assurée, cette exigence étant désormais obligatoirement intégrée dans tout projet architectural. Les établissements plus anciens ont l’obligation de rendre progressivement accessibles leurs locaux et leurs infrastructures digitales.

En prenant un pas de plus pour faciliter l’accès à l’éducation aux 29 989 élèves en situation d’handicap recensés en 2017, il est important de pouvoir leur offrir un service d’apprentissage délocalisé afin de répondre le plus possible à leurs besoins. C’est clairement la direction prise par la campagne “doctorat handicap 2019”, qui a pour objectif d’accroitre le vivier des jeunes diplômés en situation d’handicap au plus haut niveau et de permettre, notamment, un recrutement d’enseignants-chercheurs et de chercheurs.

Relever les nouveaux challenges technologiques.

Avec l’annonce d’Adobe qui a décidé d’abandonner Flash à la fin de l’année 2020, il faudra bien que les équipes des services information et numériques trouvent une solution. Flash a été populaire pendant de nombreuses années, notamment parce qu’il a permis de nouveaux usages comme les lecteurs de vidéos intégrés et des jeux interactifs. Mais de nouvelles technologies, dont les HTML5, est arrivé entre-temps et sont beaucoup plus efficaces.

Encore une fois, les établissements n’ayant pas déployé une solution leur permettant de continuer à produire et proposer des contenus vidéo interactifs prennent le risque de voir leurs élèves en pertes de résultats en changeant leurs habitudes d’apprentissages. Ce qui, sur le long terme, ralentira le développement des étudiants mais plus globalement celui des établissements qui perdront le challenge numérique et ne seront offrir des solutions éducatives attrayantes à leurs nouveaux élèves.

Reprenant les points de focus évoqué par BpiFrance lors de leur dernier salon #innogeneration il devient plus que jamais indispensable de digitaliser et diversifier la formation professionnelle, individualiser les parcours éducatifs et de formations, valoriser les contenus et les savoir pédagogiques. De ce fait, nous pouvons clairement identifier l’importance de la mise en place d’outils compétents, actuels et qui évoluent avec les demandes de l’enseignement supérieur en général.

L’éducation de demain se construisant aujourd’hui, il nous faut donc s’assurer que vos écosystèmes sont prêts pour accueillir le changement et vous proposer une évolution sereine vers l’enseignement 4.0. Bien conscient des challenges que vous pouvez rencontrer, nous vous proposons une consultation gratuite avec l’un de nos experts afin de vous apporter quelques pistes d’amélioration, de réflection et vous aider à murir votre projet. Cliquez ci-dessous pour prendre un rendez-vous.

Je réserve ma consultation gratuite !